LES LIVRES

Alain Cassourra a publié deux livres sur son expérience d’ostéopathe et médecin.  Dans son premier livre, intitulé L’énergie, l’émotion, la pensée au bout des doigts - Au-delà de l’ostéopathie, il raconte, d’une belle plume, son parcours d’étudiant en médecine puis en ostéopathie. On peut y lire sa passion et sa fidélité au concept ostéopathique.  Son second livre, La fureur de guérir, raconte, à l’extrême, l’interaction praticien/patient au travers d'une rencontre-choc.

 

L’énergie, l’émotion, la pensée, au bout des doigts

L’élan premier à l’écriture fut bien ici l’émerveillement quotidien à rencontrer l’autre par le toucher.  Sentir sous ses mains la vie dans sa subtilité, sa complexité, ses mouvements, ses défenses et ses aspirations, sentir au bout des doigts, un plein ou un vide d’énergie, une émotion ou une pensée, constater que dans l’interface du toucher, dans ce dialogue silencieux, l’autre se révèle, conte son histoire, le singulier, l’intime, la profondeur de l’être, sentir tout cela, relève du mystère et invite à la réjouissance. La réjouissance est contagieuse, elle transforme, elle nous invite à rester dans l’instant, en éveil, elle guérit... Par ailleurs je tenais aussi à évoquer ici l’histoire de l’ostéopathie, et à rendre hommage tant à ses Maitres-fondateurs qu’à ceux qui m’ont formé. Et enfin à témoigner d’une réalité : nos premiers enseignants, nos premiers guides, ceux qui nous poussent à avancer, à repousser nos limites, sont nos patients.

 

L'ÉNERGIE, L'ÉMOTION, LA PENSÉE, AU BOUT DES DOIGTS DANS LES MÉDIAS

 

La fureur de guérir

La rencontre de deux hommes, leurs affrontements, leurs peurs, leurs combats et au final leur l’amitié profonde, pour une guérison, par delà la folie, l’amnésie, et la souffrance. Quand Maçyl Massen me croise, dés la première consultation, il décide que je le sauverai et ce transfert va nous entrainer, lui et moi, vers des horizons insoupçonnés. Et malgré moi, je serai poussé au-delà de mes limites. Et par lui, il nommera l’innommable. Si ce n’est pas un livre à quatre mains, j’ai tout écrit à la première personne, le vécu de Maçyl comme le mien, afin de plonger le lecteur au plus près des forces qui nous ont traversés l’un l’autre pendant six ans et plus, à se voir jusqu’à plusieurs fois par semaine. Enfin cette odyssée thérapeutique est aussi le récit de deux émancipations, la sienne et la mienne, loin des cadres établis.

 

LA FUREUR DE VIVRE DANS LES MÉDIAS